Doctolib exclut 700 thérapeutes "alternatifs" de sa plateforme | Espace Infirmier
 
27/10/2022

Doctolib exclut 5 700 thérapeutes "alternatifs" de sa plateforme

Doctolib a annoncé mercredi 26 octobre avoir décidé de déréférencer de sa plateforme de prise de rendez-vous et de télétransmission les thérapeutes dits "alternatifs", soit 5 700 professionnels. Il s'agit essentiellement de naturopathes, de sophrologues, d'hypnothérapeutes et de psychanalystes. Cette décision intervient deux mois après l’alerte donnée durant l'été par des médecins découvrant la présence sur Doctolib de naturopathes dont certains affirmaient avoir été formés par Irène Grosjean et Thierry Casasnovas, accusés de dérives sectaires.

Elle est le résultat de la consultation annoncée et menée par la plateforme sur les praticiens non réglementés. Cette consultation a rassemblé pendant six semaines "une quarantaine d'acteurs", dont des conseils de l'ordre, des syndicats, des associations de patients, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), des représentants de professionnels du bien-être, ainsi que le comité médical de la société, composé de professionnels de santé bénévoles, selon les explications données par Arthur Thirion, directeur France de Doctolib, à APMnews. « Le bien-être répond à une demande des patients, il peut faire partie des parcours de soins », a-t-il renchéri. "Mais il n'est pas encadré par les autorités, et il n'y a aucun moyen objectif et exhaustif de vérifier le niveau de qualification ou le droit d'exercer de ces personnes. »

Les syndicats ont salué cette décision, l’UFML (Union française pour une médecine libre) reconnaissant « une vraie réussite pour toutes celles et ceux qui ont œuvré pour ce résultat ». Le Syndicat de médecins libéraux (SML) s'est réjouit, pour sa part, de "cette clarification bienvenue, faite dans la transparence dans l’intérêt des patients et du parcours de soins ».

En pratique, compte tenu des conditions d'abonnement de la société, le retrait des professionnels concernés sera effectif d'ici six mois. Par ailleurs, pour s'inscrire sur Doctolib, les professionnels devront disposer d’un numéro Adeli ou RPPS (répertoire partagé des professionnels de santé). Le premier, appelé à disparaître en 2023 au profit du second, recense les auxiliaires médicaux, psychologues, assistants sociaux, ostéopathes, chiropracteurs et psychothérapeutes. Le second répertorie les médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, pharmaciens, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues et les infirmiers.