Du mieux, mais peut encore mieux faire | Espace Infirmier
 

OBJECTIF SOINS n° 0284 du 09/12/2021

 

ANTIBIOTHÉRAPIE

ACTUALITÉS

Anne-Lise Favier

  

La pandémie de Covid-19 a eu un impact important sur la prescription d’antibiotiques en médecine de ville puisque les consultations ont diminué et avec elles la prescription d’antibiotiques, selon Santé publique France. En 2020, 44,4 millions de prescriptions ont en effet été faites en ville, accusant une baisse de 18% par rapport à 2019. À l’hôpital, la situation n’a pas évolué de la même manière. La consommation d’antibiotiques y a légèrement augmenté (2,1%) alors que les établissements de santé ont connu une diminution de leur activité de 8%. Cette augmentation, principalement liée aux macrolides et carbapénèmes, pourrait avoir un lien avec la prise en charge des patients hospitalisés à cause du Covid-19, un phénomène également observé en Ehpad. Malgré une légère baisse globale, principalement due à la forte baisse en médecine de ville, la France occupe encore une place de mauvais élève européen en se plaçant au 26e rang… sur 29.

En médecine vétérinaire, noyau dur de l’antibiothérapie, la baisse continue observée depuis 2011 se poursuit. La France est cette fois-ci un bon exemple puisqu’elle occupe la 3e place en termes de pourcentage de réduction de l’utilisation des antibiotiques, avec une baisse de plus de 50% depuis 2011, année de la mise en place d’Ecoantibio, un plan pluriannuel de lutte contre l’antibiorésistance.